Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

19 février 2015 lac Du Gabas

19 Février 2015 , Rédigé par Jacky Publié dans #Saison 2015

19 février 2015 lac Du Gabas

14 participant(e)s pour cette deuxième sortie réalisée autour du "lac du GABAS" situé dans une des deux enclaves des Hautes Pyrénées. (Voir historique ci-dessous).

Temps superbe pour parcourir les 12 km de ce lac collinaire, un des plus grands de la région pyrénéenne, achevé et mis en eau en 2005. (contenance, 20 millions de m3 d'eau et superficie, 213 ha). Il s'étale sur 4 communes bigourdanes et béarnaises : Luquet et Gardères côté Hautes-Pyrénées. Lourenties et Eslourenties, côté Pyrénées-Atlantiques. Le lieu dispose de nombreuses tables pour le pique-nique, d'une petite base nautique. La vue est magnifique sur les Pyrénées. Près de la maison du pêcheur, une table d'orientation, en granit sculpté, dispose d'un axe articulé pour "viser" les principaux sommets de la chaîne. De nombreux oiseaux (canards, cormorans, aigrettes, hérons, foulques etc.) peuplent cette retenue de 5 Km de long, profondeur maxi, 28 m. 

Un article de "La République des Pyrénées, du 27/07/2010" relate :

Mais le plus surprenant c'est la fois où deux Canadairs ont survolé Lourenties pour se diriger vers le lac. Ces bombardiers d'eau étaient venus effectuer des manoeuvres qui avaient pour but de tester les conditions d'approche, à la demande du service départemental d'incendie et de secours, puisque ce plan d'eau pourrait être utilisé en cas de nécessité.Les personnes présentes ont pu voir les deux hydravions se présenter en position et effectuer des simulations d'écopage avant de reprendre leur vol vers leur base. Cet exercice insolite leur a permis de juger de la dextérité des pilotes et de se rendre compte de la rapidité avec laquelle ces « pompiers du ciel » interviennent.

Historique des "Enclaves" des Hautes Pyrénées.

Le département a été créé à la Révolution Française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d’une partie de la province de Gascogne, la dite Bigorre et le Pays des Quatre-Vallées (Aure, Barousse, Nestès et le Magnoac). Le conventionnel vicquois Bertrand Barère s’est particulièrement battu en ce sens : « Si ce pays, la Bigorre, est trop petit pour former un département, il convient de l’agrandir. Mais il serait très inique de n’en faire que des districts dépendant d’une ville étrangère ; ce serait un meurtre politique que de faire de Tarbes le misérable chef-lieu d’un district. » Il est alors baptisé « Hautes-Pyrénées ». On notera l’étonnante géographie de ce département qui possède deux petites enclaves dans le département voisin des Pyrénées Atlantiques. C’est une survivance du Moyen Âge : en effet, à la fin du XIe siècle, Gaston IV le Croisé, vicomte de Béarn, épouse Talèse d'Aragon, vicomtesse du Montaner, petit territoire située entre Béarn et Bigorre ; le Montaner reste au Béarn mais Talèse garde pour elle cinq paroisses qui constituent toujours les deux enclaves dans les Pyrénées-Atlantiques. Il existe deux enclaves (19 et 23 km2) qui comprennent les communes de : Escaunets, Luquet, Séron, Gardères, et Villenave près Béarn. Il faut remonter à plusieurs siècles pour comprendre cette particularité géographique et administrative : deux territoires bigourdans entourés de terres béarnaises. "Ainsi les premières traces qui nous reste montreraient que l'origine des enclaves (...) remontent à la fin du XIème siècle et que leur existence (...) est un témoignage de l'émiettement féodal subi par l'aquitaine Carolingienne au IX et Xème siècles" comme le souligne Pierre Tucoo-Chala dans son ouvrage "Origine et maintien des enclaves des Hautes-Pyrénées dans les Basses-Pyrénées" (1955). Pendant plusieurs siècles "les enclavés" ont défendu leur statut administratif avec acharnement, et même lorsqu'en 1790 "la constituante crée les départements, les manoeuvres du député Bigourdan Barère font créer dans les Pyrénées Occidentales deux départements, ceux des Hautes-Pyrénées et Basses-Pyrénées...Mais l'attention est ainsi attiré sur les limites anormales séparant Basses et Hautes-Pyrénées. Les conseils généraux s'emparent de la question et tentent de la résoudre en 1834. Mais les "enclavés résistent à ces mesures qui vont les couper de leur patrie. Leur patriotisme bigourdan est très vif et c'est à l'unanimité qu'ils refusent d'être rattachés aux Basses-Pyrénées. Du côté béarnais la réaction, quoique moins unanime, est identique, seules les communes de Lamayou, Monségur, Casteide acceptent l'échange. (...) Le débat reste encore ouvert jusqu'en 1838 avec la nomination de deux commissions départementales chargées de se mettre d'accord. "L'accord se révèle impossible. Même après plusieurs siècles, il s'agit bien de "la survivance d'une division féodale mise en place à la fin du moyen-âge". Découverte du patrimoine de la région des enclaves La commune de Séron : Eglise du XIème siècle La commune de Aast : Eglise du XIVème siècle.

Texte extrait du site : www.chateaudegarderes.com

Jacky

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article