Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #saison 2011 tag

A l'année prochaine............

5 Novembre 2011 , Rédigé par Jacky Publié dans #Saison 2011

 Album Visages2

17 octobre 2011 - Le Pichaley

19 Octobre 2011 , Rédigé par Jacky Publié dans #Saison 2011

02

Pas si facile que ça, le PICHALEY. Sous la conduite de Hervé, une première "grimpette" de 1 km et 125 m de dénivelé, a vite calmé les bavards. Une petite pause et on repart pour 130 m de dénivelé en suivant la crête jusqu'au MONTARROUYET (2473 m). Nous redescendons de 75 m et de nouveau 200 m de dénivelé sur le dernier km pour atteindre le sommet (2626 m). Au nord, l'Arbizon et la vallée d'Aulon, au sud le massif du Néouvielle et à nos pieds une dizaine de lacs (lacs de Bastan, l'Oule, lacs de Bastanet, lac Supérieur etc..) Après le casse croûte, nous regagnons le col du Portet en traversant les pistes de ski. Au cours de cette journée ensoleillée et un peu fraiche, nous avons parcouru 7,5 kms avec un dénivelé de 500 m.

(Photos de: Hervé, Jean-Claude L, Jacky)

 http://www.section-montagne-slv-lannemezan.fr/album-1964183.html 

8 Octobre 2011 Fête de la SLV Lannemezan

11 Octobre 2011 , Rédigé par slv.lannemezan.en.balade.over-blog.com Publié dans #Saison 2011

006

17 participant(e)s, (12 de la section montagne) pour cette balade de 11kms, conduite par Marco, le long du canal et aux abords du golf. Nous nous sommes retrouvés une cinquantaine à midi autour de l'apéro précédant les grillades. La traditionnelle pétanque a animé l'après midi et après avoir félicité les vainqueurs une paella géante et des chants Pyrénéens ont cloturé cette sympatique journée.

Les vainqueurs

104106 108

110

http://www.section-montagne-slv-lannemezan.fr/album-1958646.html

3 Octobre 2011 Le Pic du JER

4 Octobre 2011 , Rédigé par Jacky Publié dans #Saison 2011

 01.JPG

20 

11 participant(e)s pour cette 34 ème sortie au Pic du JER, 951 m, (ne pas confondre avec le Pic de GER, 2613 m, situé dans la vallée d'Ossau dans les Pyrénées Atlantiques).

Nous sommes partis de l'ancienne carrière de ANCLADES et nous avons parcouru 11 Kms avec un dénivelé de 650 m. Le belvédère situé quelques dizaines de mètres au-dessus de la gare d'arrivée du funiculaire offre une magnifique vue aérienne de la ville de LOURDES et de sa périphérie. On distingue nettement au nord les villes de TARBES, PAU et au sud ARGELES. Une table d'orientation permet de repérer tous les sommets aux alentours. Très belle journée, température agréable et comme toujours, une très bonne ambiance.

(Photos Jean-Claude L & Jacky) 

http://www.section-montagne-slv-lannemezan.fr/album-1955744.html

 

L’historique du funiculaire du Pic du Jer

En 1858 les apparitions Mariales à Bernadette Soubirous vont entraîner une venue de pèlerins dès que l’évêché de Tarbes décide la construction d’une basilique.
Le chemin de fer arrive à Lourdes le 9 avril 1866 et l’affluence de pèlerins ne cessera de grandir.


Agrandir

Il est donc naturel de mettre en valeur le potentiel touristique de la région et l’idée d’un funiculaire reliant le sommet du Pic du Jer au pied de Lourdes est retenue.

Les travaux ont commencé en août 1898 pour se terminer 15 mois plus tard en décembre 1899 . Le funiculaire a été mis en fonctionnement au mois de mai 1900.

Son inauguration a eu lieu en juin de la même année.
La rapidité d’exécution des travaux est due à la présence d’un porteur aérien qui transportait jusqu’à 50 tonnes journalières de pierres venant d’une carrière du Petit Pic du Jer. Tous les déblais provenant des tunnels et de la tranchée étaient enlevés à la brouette ou à la pelle et mis en cavalier sur les flancs de la montagne.
Pour économiser la main d’œuvre, la charge normale de dynamite était doublée.
Les déblais étaient ainsi projetés de part et d’autre sans effort humain.

Le constructeur, la Compagnie du Funiculaire du Pic du Jer bénéficiait d’une concession de 75 ans , cette dernière a été prolongée pour fait de guerre, puis c’est la municipalité de la ville de Lourdes qui a récupéré son bien en 1986, aujourd’hui exploité par une Régie municipale.

La fiche technique :

- la voie
Longeur de la voie 1110 m , pentes de 28% à 56%
Ecartement de la voie 1 m
Altitude gare basse 450 m
Altitude gare haute 930 m
Dénivelé 480 m
Deux tunnels de 70 et 65 m taillés dans le calcaire compact
La tranchée mesure 400 m de long sur 10 m de profondeur
Le viaduc : 12 arches, 200 m de long, 4 m de large, 18 m de haut.

- le funiculaire
Du mot funiculus en latin, petite ficelle est une invention de l’ingénieur Stéphenson en 1825 qui l’inventa pour aider les locomotives à vapeur à franchir les pentes des collines anglaises.

Le principe de base des funiculaires repose sur l’équilibre entre deux véhicules reliés par un câble : quand la voiture est en gare basse, la longueur du câble est calculée pour que la seconde soit en gare haute.
Pour pouvoir se croiser sur la voie unique un aiguillage est installé au centre, l’évitement , situé sur le viaduc.
La mise en mouvement s’effectue par une force motrice : l’électricité.
Moteur électrique de 185 chevaux situé en gare haute.
Câble : 1155 m de long
Deux cabines, poids vide 5500 KG capacité 80 personnes
Durée du voyage 6/10 minutes, vitesse maxi 11 km/h

 

 

 

 

 

12 septembre Le (presque) Néouvielle.

12 Septembre 2011 , Rédigé par Jacky Publié dans #Saison 2011

DSCF8119

Loupé.

Notre objectif du jour n'a pas été atteint. Pourtant, nous étions partis dès le lever du soleil du parking du lac d'Aubert, bien décidés à être de bonne heure au sommet à 3091 m. Tout le parcours a été une succession de pierriers instables. L'importante quantité de cairns disposés dans tous les sens nous à souvent contraint de contourner d'énormes blocs de granit pour essayer de retrouver un parcours moins pénible. Cette succession de mauvais indicateurs nous a conduits au pied d'une cheminée qui n'était pas la bonne pour atteindre le sommet. Compte tenu de la difficile progression et du risque important de chute de pierres au court de l'escalade dans ce mur d'accès, nous avons décidé de rebrousser chemin et d'accepter notre défaite. Au retour, nous avons rencontré d'autres randonneurs qui avaient galéré pour atteindre le sommet, trompés eux aussi par la multitude de cairns. La chance n'était pas avec nous et nous avons préféré la défaite à l'accident. Durant le retour qui nous a paru interminable, nous avons quand même pu admirer, de haut,  le magnifique paysage offert par les Lacquettes et les lacs d'Aubert et Aumar.

Jacky

http://www.section-montagne-slv-lannemezan.fr/album-1944921.html  

 

Topographie

Le Pic de Néouvielle est le plus haut sommet du massif du Néouvielle. Sa face sud, haute de 400 à 500 mètres, domine la profonde vallée glaciaire du Lac de Cap-de-Long. Les versants nord et ouest de ce massif granitique ont été également modelés par l'érosion glaciaire, qui a façonné quatre petits cirques glaciaires séparés par des crêtes rocheuses.

Première ascension connue : le 10 juillet 1847 par Vincent de Chausenque et son guide barégeois Bastien Teinturier.

  Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Pic de Néouvielle de Wikipédia en français

29 août Lac et Pic Bernatoire

11 Septembre 2011 , Rédigé par slv.lannemezan.en.balade.over-blog.com Publié dans #Saison 2011

28 août Lac d'Ilhéou

11 Septembre 2011 , Rédigé par slv.lannemezan.en.balade.over-blog.com Publié dans #Saison 2011

22 août 2011- Lac Dets Coubous

25 Août 2011 , Rédigé par slv.lannemezan.en.balade.over-blog.com Publié dans #Saison 2011

16 août 2011 Lac Catchet

16 Août 2011 , Rédigé par Jean-Claude L Publié dans #Saison 2011

DSCN2912

Vallée de Saux/lac Catchet

1h30 de monté;1h15 de descente;450m de dénivelé

Départ de la cabane de berger(1800): le ciel est clair mais à l'ombre pour une bonne partie de la montée. Après avoir franchi le torrent Saux, nous montons par un sentier en forêt pour arriver vers un ravin pierreux. Nous longeons le torrent et nous sommes près d'une belle cascade, puis nous continuons par un massif herbeux, (des marmottes bien dodues nous sifflent) pour arriver sur le lac Catchet (2225m et 1ha).

Ce lac creusé par les glaciers est niché dans un cirque au pied du pic de Garlitz(2798m),mais aussi par une large crête sur les pics d'Estaragne,Cambiel,et Bugatet. Vu l'heure et sur conseil d'une connaissance, nous montons sur les crêtes à droite du lac (15mn et env 70m de +). De là nous avons un beau panorama sur la vallée de Saux, et la muraille de Barroude. Nous déjeunons,et descendons par le même sentier.

Belle journée.

Jean-Claude L

(Photos Jean-Claude L et Hervé)

 http://www.section-montagne-slv-lannemezan.fr/album-1941011.html

 

 

9-10-11 août 2011- Astau/Portillon/Perdiguère/pont de Prat

12 Août 2011 , Rédigé par Jacky Publié dans #Saison 2011

 

135

Pour ces trois sorties, nous avons cumulé 42 km, 3060 m +, 3250 m -.

1er jour, départ 8h00 des  granges d'Astau, arrivée 15h30 au refuge du  Portillon, (14,5 km, 1770 m positifs, 350 m négatifs). Le sentier est très bien repéré  et la montée agréable. Au passage nous pouvons admirer les lacs de: Oô 1504 m, Espingo 1882 m, Saussat 1921 m. Après l'accueil sympathique des gérants du refuge, (nous avons bien fait de prévenir à l'avance, les 80 places sont réservées), nous nous installons dans notre dortoir de 12 mini couchettes. 7 ou 8 personnes font la queue devant l'unique douche chaude, aussi, nous renonçons et allons nous  balader sur le barrage du lac et discutons avec d'autres randonneurs en attendant le repas servi à 19h00 précises (soupe de lentilles, ragout de bœuf avec riz, fromage, flan au chocolat). 21h30, tout le monde au lit avant l'extinction des lumières à 22h00.

2 ème jour, 6h30, debout les braves, le repos a été court pour cause de concours de ronflements (je crois que nous avons gagné), 7h00 petit dèj, 7h30 départ pour l'objectif du jour, Le PERDIGUERE et ses 3222m. Au départ, le sentier est étroit, à flanc de montagne au dessus du lac mais la progression est assez facile. Nous arrivons dans un pierrier irrégulier et la montée est plus difficile et épuisante. Les 300 derniers mètres de dénivelé sont une succession de gros rochers parfois instables (un groupe de trois personnes qui nous suivait a provoqué un important éboulis et des blocs ont dévalé la pente et traversé un névé sur plusieurs centaines de mètres). Nous progressons avec prudence et chacun à notre tour dans 2 ou trois petits murs assez délicats à franchir. 11h00, nous sommes au sommet et toute la fatigue accumulée s'envole d'un coup. Nous sommes au dessus de tous les pics qui nous entourent, le ciel est dégagé, il n'y a pas de brume, le lac du portillon d'un côté et de Litérole de l'autre brillent de mille feux, le paysage est grandiose. Après de longues minutes et à regret il faut nous résigner à redescendre vers le col supérieur de Litérole ou nous allons casser la croûte. Le retour se fera presque par le même chemin. Nous emprunterons un long névé avec nos crampons pour éviter une partie du pierrier parcouru le matin. 16h30, nous sommes de retour au refuge et la douche est très appréciée, puis balade sur le barrage et aux alentours avant de déguster "Le Tariquet" et de passer à table à 19h00. (même menu que la veille). Après le repas, soirée spéciale avec un chanteur accompagné d'un guitariste. (Brassens, Nougaro, etc.…).  10h30, au lit et Re concours de ronflements pour tous.

3 ème jour, 6h30 petit dèj, 7h00 départ pour la grande traversée vers le Pont de Prat. A froid, nous avons 390m de dénivelés à gravir pour atteindre la TUSSE DE MONTAREQUE 2889 m, face à nous le pic des Spijeoles 3006 m, en bas le lac Glacé 2664 m. Nous redescendons sur un pierrier pour éviter un important névé (nous ne voulons pas rechausser les crampons), arrive le col des Gourgs Blancs, il fait assez frais. Une longue traversée dans les blocs rocheux de l'ancien glacier des Gourgs Blancs nous conduit vers un lac sans nom puis le lac du Milieu 2528 m, le lac des Isclots 2398 m, le lac de Caillauas 2158 m. La verdure réapparait en descendant vers le refuge de la Soula ou nous dégustons un rafraichissement offert par Gaby. Le sentier très fréquenté surplombant les gorges de Clarabide nous mène vers le Pont de Prat, noir de monde que nous atteignons à 18h00. Nous avons marché 11h00, parcouru 19,5 km, nous retrouvons avec plaisir nos véhicules, une vraie douche et nos confortables matelas ne sont plus très loin.

L'année prochaine, peut-être, irons nous plus haut?????????

(Photos Marco & Jacky)

http://www.section-montagne-slv-lannemezan.fr/album-1931404.html 

 

9 août 2011 Lac de Bareille et pic du Lion

12 Août 2011 , Rédigé par Hervé Publié dans #Saison 2011

30-lac-Bareille 536930-lac-Bareille 5359 

Bareille, un classique! nous étions cinq pour cette ballade via le pic du Lion et le col de Pierrefite. soit 7.133kms et 650 m de dénivelé.Belle journée mais pas trop de chaleur.

Hervé 

http://www.section-montagne-slv-lannemezan.fr/album-1928551.html 

1er août 2011 Lacs Greziolles et Campana

2 Août 2011 , Rédigé par Jacky Publié dans #Saison 2011

JCF10

Randonnée  Virage de Garet/refuge de Campana de Cloutou

Dénivelé cumulé env.1000m- Trajet de 12,2kms – 7h15 A/R – 6 participants

Sequence rando : Beau temps au depart du virage de Garet (1420m) à 9h, pas le temps de s'échauffer en douceur, pente raide sur 110 m de dénivelé pour arriver sur une vallée large et pastorale(le pla de Garet). 2 heures aprés le depart nous étions au barrage du reservoir des Laquets(alt:1988;sup:1,5ha;prof:6m) et son refuge EDF. De là, en longeant le lac par un chemin escarpé et caillouteux, nous sommes parvenus sous le barrage de Gréziole (alt:2113m; sup:25ha; prof:36m) et accédé au lac du même nom. Au dessus du lac la vue était magnifique (voir le panoramique) et toujour un beau soleil avec T°agréable. Au cours des derniers lacets avant l'arrivé au refuge, nous avons rencontré un traceur de balisage avec ses peintures de couleurs rouge et blanche, il etait parti le matin à 7h30 , et il effectue ce travail tout les 2 ans.

12h45 le refuge au bord du Lac de Campana (alt:2225m; sup:8ha; prof:41m) est atteint et la faim nous tenaille.14h30 c'est le retour toujours sous le soleil, beaucoup d'arrêt, la fatigue est là, à 18h nous sommes aux véhicules, belle randonnée.

Nota: avancer son départ de 3/4 h à 1h.

Séquence souvenir pour Hervé,33 ans en arrière,c'est au refuge EDF de Caderoles que l'équipe a séjourné lors des chantiers sur le secteur des lacs,et c'est à coté du local de  la vanne de fond du lac de Campana que nous avons retrouvé la plaque avec les noms des participants, écrite par Hervé, mais abimée par les années.

Jean-Claude L

 

(Photos Jean-Claude L et Jean-Claude F)

http://www.section-montagne-slv-lannemezan.fr/album-1924199.html 

 

27 28 29 juillet en Ariege

30 Juillet 2011 , Rédigé par Jacky Publié dans #Saison 2011

003

002 

Voila 3 journées bien remplies pour cette escapade Ariégeoise au Lac Barrage de Lanoux. En quelques chiffres, 5oo kms A/R par la route, environ 36 kms à pied, un cumul de dénivelés de 1630 m, entre 15 et 20 kg par sacs pour accéder au gîte refuge de la CCAS de Toulouse  "La Maison des Ingénieurs" à 2130 m d'altitude. C'est sous des trombes d'eau que nous avons effectué 250 kms pour atteindre le parking de la station de Porté-Puymorens dans l'Ariège. L'après midi  a été un mélange de crachin et d'accalmie et après avoir avalé notre  pique-nique, nous avons effectué notre première ascension, chargés comme des mules. A l'arrivée, nous prenons possession de notre gîte, 2 dortoirs de 4 lits, 1 dortoir de 20 lits, 1 grande salle à manger avec coin cuisine et, oh surprise, 1 seul petit lavabo dans l'entrée en guise de sanitaire collectif. La robinetterie de l'évier est HS, le minuscule chauffe eau de 50 litres va être un peu juste pour 8 (et qui plus est pour 28). Nous nous contenterons de la fontaine extérieure pour la toilette, (Gla Gla !!!!!!!). Il en fallait plus que ça pour entamer la bonne humeur habituelle du groupe et après avoir rangé nos affaires, bricolé la tuyauterie, fait un peu de vaisselle, il était l'heure de prendre l'apéro et cuire la saucisse rescapée de la journée barbecue de Loudenvielle. A 22h30, tout le monde au lit, nous avons rendez vous demain avec le pic de LA GRAVE et ses 2671 m. Le balisage du GR 7 et l'expérience de Gaby  nous ont aisément guidé vers "le col de Lanos" avant l'ascension finale d’où nous avons pu contempler dans sa quasi totalité ce magnifique Lac de Lanoux. Retour au refuge en surplombant une partie des berges et franchissement du barrage. Vendredi matin, le temps étant compté, nous nous contenterons des lacquettes du PEDROUS (470 m de dénivelé). Pendant une grande partie du parcours, délicat par moment, nous avons de nouveau pu admirer ce superbe  lac sous un autre angle avec en prime un magnifique ciel bleu pour se refléter dedans. Retour au refuge à midi trente ou des habitués avaient pris possession des lieux et étaient  visiblement pressés de nous voir partir. Pas question de redescendre avant d'avoir déjeuné et nettoyé les locaux. Le retour au parking par un autre chemin s'est révélé plus long et plus difficile, probablement la fatigue des trois jours. Un dernier repas en commun sur la terrasse d'une pizzeria de Foix a clôturé cette petite et très agréable aventure Ariégeoise. A REFAIRE

Photos de Marco et Jacky (en cliquant sur le lien suivant)       

http://www.section-montagne-slv-lannemezan.fr/album-1922756.html

 

Le Barrage de Lanoux 2213m - Lac naturel, l'étang de Lanoux était déjà le plus grand lac des Pyrénées Françaises avant d'être surélevé par un barrage. Il faisait à l'origine 84ha pour 20 millions de m3, il est passé à 158ha et 70 millions de m3 avec une longueur de 2500 m, une largeur de 500 m et une profondeur de 75 m ...
Barrage construit de 1957 à 1960 : hauteur 45.00 m - longueur de crête 176.00 m - largeur de la crête 2.00 m - largeur à la base 6.00 m. Volume du barrage 25 000 m3 - volume de retenue 70.70 hm3. Par des galeries souterraines, l'eau est conduite aux usines de l'Hospitalet-en-Ariège. Une sacrée percée !

 

 

Capture centrale de l'Hospitalet

Centrale de l'Hospitalet (1437m)

Mise en service 1960
Hauteur de chute Lanoux 786m , Hauteur de chute Bésines, Baldarques 548m
Débit 13m³/s, puissance 93.3MW, production annuelle 110GWh
Volume moyen pompé : 30 000 000m²


 

18 juillet 2011 Le lac Vert vallée du Lis

18 Juillet 2011 , Rédigé par Jacky Publié dans #Saison 2011

002

Encore un dénivelé à 4 chiffres (1100m env) pour la 20 ème sortie de l'année dans cette magnifique vallée du Lis (ou Lys). Tout le long de ce circuit de 13,8 kms, nous avons croisé de nombreuses cascades avant d'atteindre le lac Vert (2010m) qui mérite bien son nom. Dommage que le manteau nuageux nous ait privé de soleil une grande partie de la journée.

 

Cette haute vallée pyrénéenne, s'enroule autour du mont du Lis (2 234 m) au pied du pic des Crabioules (3 116 m) et du pic Lézat (3 107 m) et se répartit entre quatre communes.

La partie supérieure du Lis marque la limite des communes de Cazeaux-de-Larboust au nord-ouest, et de Castillon-de-Larboust au sud-est. Selon le Sandre[1] et les anciens cadastres de Castillon-de-Larboust et Cazeaux-de-Larboust, la partie supérieure du ruisseau du Lys correspond à l'actuel ruisseau d'Enfer qu'identifie l'IGN[2]. Toujours selon l'IGN, le Lys nait de la jonction des ruisseaux d'Enfer et Houradade en-dessous du cirque des Crabioules.

Dans sa partie médiane, le cours d'eau traverse brièvement la commune de Castillon-de-Larboust au niveau de la route d'accès à Superbagnères. Sa partie inférieure, dont la vallée se resserre, arrose principalement Saint-Aventin sur environ trois kilomètres avant de servir sur 500 mètres de limite entre Saint-Aventin et Bagnères-de-Luchon. Au pont de Ravi, les 200 derniers mètres s'effectuent entièrement sur le territoire communal de Bagnères-de-Luchon où le Lis conflue en rive gauche de la Pique.

 (Source : Article Vallée du Lis de Wikipédia)

Photos (Jean-Claude L - Jacky) en cliquant sur le lien ci après. 

  http://www.section-montagne-slv-lannemezan.fr/album-1917076.html

11 juillet 2011 Vallée de La Pez

12 Juillet 2011 , Rédigé par Jacky Publié dans #Saison 2011

18

 58

Pour cette 19 ème sortie, nous étions 12 pour parcourir environ 14 km avec un dénivelé de 1250 m, dans cette très jolie vallée de La Pèz.

 

La Vallée de La Pèz

Vallon de la Pez, cabane pastorale Jean Forgues Un vallon isolé et sauvage d’une grande beauté, enclavé par de hautes montagnes et fermé par la muraille du cirque glaciaire du Port de la Pez (2451m)

Ce vallon a toujours été une voie de passage, à la fois vers l'Espagne en passant par le Port de la Pez, et aussi aux temps anciens vers le vallon de Clarabide, via l'ascension périlleuse du col de la Hourque, avant que ne soit construit le chemin des Gorges de Clarabide.

Ainsi, au XVIIIè s. Antoine Megret d’Etigny (intendant de la généralité d’Auch) était chargé de réaliser les voies de communication entre le piémont et la plaine. Il a commencé à percer dans cette vallée de la Pez, sur une dizaine de mètres, un tunnel (Photos 61 et 62) qui devait être financé par un péage mis en place à Labarthe de Neste. Ce tunnel aurait permis d’acheminer le bois espagnol vers la France pour la construction des navires.

(Photos, Marco, Jean-Claude L, Jacky)

http://www.section-montagne-slv-lannemezan.fr/album-1913925.html 

 

A NOTER

Sur l'initiative de George, Jean-Claude F, Marco et Jacky, nous étions une trentaine, la veille, pour une petite balade autour du Lac de Génos Loudenvielle et déguster des grillades amoureusement préparées par Jean-Claude, sur l'aire de pique nique du château.

DSCF6781 DSCF6784

1 2 3 > >>