Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #saison 2019 tag

16 décembre 2019 - Secteur Payolle, Les Esclozes

16 Décembre 2019 , Rédigé par Jacky Publié dans #saison 2019

16 décembre 2019 - Secteur Payolle, Les Esclozes

Été comme hiver, le Courtaou des Esclozes est une de mes promenades préférées. Nombreuses variantes possibles, pas de difficulté. Ici, nous marchons à la rencontre du passé dans des hameaux de cabanes (nombreuses sont en ruines), entourés d'enclos : Les Courtaous.

La météo avait prévu du soleil, il est resté très timide. Le vent, très fort par moment, n'était pas vraiment froid mais nous a incité à faire la pause à l'intérieur de la cabane des Esclozes, accompagnés par 6 autres randonneurs.

Cette "probable" dernière sortie de l'année était la 26 ème.

Jacky

22 novembre 2019 - repas fin saison été

22 Novembre 2019 , Rédigé par Jacky Publié dans #saison 2019

22 novembre 2019 - repas fin saison été

Rien de tel, pour clôturer la saison d'été de la section Montagne, qu'une petite réunion sympathique, organisée par Michel, autour d'une table agréablement garnie.

Bouillon de poule, poule farcie, déssert, le tout précédé d'un apéritif (ou deux) et arrosé d'un beaujolais nouveau, (merci Bertrand) et de vins Béarnais. 

Prochain rendez-vous, dans quelques jours, pour débuter la saison d'hiver. Surveillez le blog.

Jacky 

Jeudi 10 octobre 2019 - Le Mont Né & le lac Bordères Bareilles

11 Octobre 2019 , Rédigé par Jacky Publié dans #saison 2019

Jeudi 10 octobre 2019 - Le Mont Né & le lac Bordères Bareilles

9h30, départ du Port de Balès dans le brouillard, il fait 9°. 10h45, nous arrivons à un petit col, 2026 m, au pied de la montagne de Cardouet. Le soleil est présent. Petite pause et montée vers le Mont-Né, 2147 m, que nous atteignons à 11h30. Très joli point de vue sur la chaîne qui a perdu toute sa neige excepté le massif de l'Anéto dont le glacier a fortement régressé. Direction le Port de Pierrefite, 1855 m, 12h20, où trône un "CROMLECH"  (voir la légende ci-dessous). Nous poursuivons vers le lac de Bordères Bareilles, sur un sentier en pente avec des passages très glissants. 12h50, nous faisons la pause casse-croûte sur la berge de ce très beau lac. Il y a de nombreux randonneurs, la température est très agréable. 14h00, retour vers le  port de Balès. 3 participants, 13 km parcourus avec un dénivelé de 610 m.

Pour info, nous avons essayé de diversifier les sorties mais compte tenu de la très faible participation, nous avons pris le décision de clôturer la saison "été".

Si quelqu'un souhaite proposer une sortie, je reste à votre disposition pour mettre le blog à jour.

Jacky

Légende du CROMLECH du port de Pierrefite. 

A la fin du XIXème siècle, Sacaze signale, "à l'intérieur d'un cromlech de 4 mètres de diamètre, est circonscrit un second de 2 m de diamètre entourant le menhir". En fait, on ne voit aujourd'hui qu'un seul cromlech entourant le menhir. 

(Julien Étienne Léopold Sacaze, né le 24 septembre 1847 à Saint-Gaudens (Haute-Garonne), mort le 20 novembre 1889, est un épigraphiste et érudit français spécialisé dans l'Antiquité des Pyrénées.)

Le menhir, blanc, est un bloc de calcaire marbreux saccharoïde qui, si on en juge sa nature géologique, provient des environs de Saint-Béat. Ceux qui l'ont édifié l'ont donc transporté sur une distance de 20 km. Sa silhouette se distingue depuis la vallée. Vaguement anthropomorphique, il a pu évoquer une femme revêtue de la capuche traditionnelle, une bergère (ou un berger) pétrifié avec son chien et ses moutons. Les fées (les hadas) et leurs enfants (les hadeths) venaient la nuit, dit-on, depuis leur grotte proche danser autour de lui.
Encore vers 1950, les filles en quête d'un amoureux ou les femmes en mal d'enfant allaient l'embrasser et chantaient une chanson que rapporte Isaure Gratacos : "Peira Hita, bailha me 'ra pica hita" (pierre dressée, donne-moi une ... dressée) ou de manière moins crue "Peira hita, peira bendita, balha me un peiro aireter" (pierre dressée, pierre bénie, donne-moi un bel héritier).
Ce menhir a été victime d'une pelleteuse de la DDE en 1982 pendant l'aménagement d'une plateforme pour garer les voitures. Il est resté couché sur la pente herbeuse jusqu'à ce que les villageois de Bourg d'Oueil, désolés de ne plus l'apercevoir en haut du col, décident de le remettre en place.

Mardi 1er octobre - Crêtes de Nistos, Cap Nestès

1 Octobre 2019 , Rédigé par Jacky Publié dans #saison 2019

Mardi 1er octobre - Crêtes de Nistos, Cap Nestès

6 participant(e)s, 9 km parcourus avec un dénivelé de 380 m.

Sortie très relax, raccourcie de 2 km, le cap d'Ausour étant noyé dans un épais nuage annonciateur de la pluie initialement prévue vers 18 heures. Température agréable malgré un petit vent plus frais en crête.

La prochaine sortie se fera probablement en milieu de semaine prochaine. 

Surveillez le blog.

Jacky

Lundi 26 août - les lacs de La Munia

27 Août 2019 , Rédigé par Jacky Publié dans #saison 2019

Lundi 26 août - les lacs de La Munia
Lundi 26 août - les lacs de La Munia

Très beau circuit comprenant un panel complet de progression. Sous-bois, pelouses, grosses roches, pierriers, petites escalades, passages aériens, avec comme panorama, le mont Perdu avec son glacier en forte régression, son immense massif et ses 3000 d’un côté, le Pic de la Munia et ses lacs de l’autre avec en prime les marmottes et les isards sur le parcours. La deuxième partie du trajet, mal balisée nous a conduit à rejoindre le GR 21, tout proche, ce qui nous a permis de traverser un site magnifique aux roches sculptées. Nous avons réalisé, involontairement, la variante du jour.

Bilan de cette journée, météo moyenne, mais non pluvieuse, température très agréable. 22 km parcourus avec un dénivelé de 1450 m.

Lundi prochain, nous prévoyons une sortie beaucoup plus calme en espérant une participation plus nombreuse.

Jacky

jeudi 22 août - Les Étangs de Molières, Espagne

22 Août 2019 , Rédigé par Jacky Publié dans #saison 2019

jeudi 22 août - Les Étangs de Molières, Espagne
jeudi 22 août - Les Étangs de Molières, Espagne

Ayant des vacanciers à la maison actuellement, il ni aura pas de détails de la sortie, uniquement l'album. J’espère aussi pouvoir publier dans la semaine les photos de la magnifique rando réalisée aujourd'hui. (Probablement une des plus complète et des plus belle).

Désolé

Jacky

Lundi 5 août - Lac Saussat

6 Août 2019 , Rédigé par Jacky Publié dans #saison 2019

Lundi 5 août - Lac Saussat

Pas besoin de boussole ni de GPS pour cette sortie souvent réalisée et très fréquentée. 7h30, nous partons des Granges d’Astau, 1139 m, nous passons devant la chapelle Saint Aventin, dont les fresques datent de 1952. La première partie est sur une piste carrossable large jusqu’à l’entrée de la forêt puis rétrécit peu à peu en milieu de parcours et s’élève en lacets réguliers jusqu’au lac d’Oô et sa cascade de plus de 100 m, que nous atteignons 1h10 plus tard. Nous poursuivons par le sentier à gauche du lac. Les lacets, parfois pavés, sont plus raides. Nous abandonnons le GR 10 qui part à gauche en direction de Superbagnères, pour atteindre à 10h10, le col d’Espingo, 1967 m et son refuge en contre-bas sur la droite. Petite pause et nous descendons en direction du lac Saussat, objectif de la journée. 10h30, nous sommes au-dessus de celui-ci où s’ébattent un couple de canards  et ses 7 petits. C’est alors que retentit une petite voix, (ENCORE, ENCORE, CONTINUE, NE T’ARRETE PAS, CONTINUE). Ne vous méprenez pas, rien de pervers dans tout ça, il s’agit de la sorcière des montagnes, LA VARIANTE, qui pousse les randonneurs à continuer leur progression contre leur gré, (enfin presque) afin d’éviter sa colère, ce qui nous amène jusqu’à la passerelle située à 2099 m, carrefour avec le sentier menant au pic des Spijeoles, où nous ferons la pause casse-croûte. Avant de manger nous montons un peu plus haut, sans les sacs, pour repérer le sentier menant aux Spijeoles. Il y a un peu de monde qui se dirige vers Le Portillon. 13h15, après déjeuner, retour par le même sentier. Plus de 500 personnes sont éparpillées autour des cours d’eaux, des refuges, des lacs. Nous avons croisé 170 personnes sur le sentier entre le barrage d’Oô et les granges. De retour aux granges, (noires de monde), vers 16h00, le compteur du GPS indique 19,5 Km, 1220 m de dénivelé. Une double ration de rafraîchissements s’impose. Merci à Jean-Claude Laurens et Francis.

Jacky

Lundi 29 juillet 2019 - Le pic du Lion

29 Juillet 2019 , Rédigé par Jacky Publié dans #saison 2019

Lundi 29 juillet 2019 - Le pic du Lion

Après les dernières sorties en milieu très minéral, (Le Valier, le Néouvielle, le Bastan) nous voici à cheval entre Haute-Garonne et Hautes-Pyrénées, au col de Peyresourde qui a vu passer les coureurs du tour de France il y a 15 jours. Aujourd’hui, c’est pelouse toute la journée, mais aussi Montagnes Russes. 7h00, départ du col de Peyresourde, 1569 m, en compagnie de Maïté et Yves, des amis de Michèle, rencontrés sur place. Nous empruntons la piste située avant le petit restaurant du col. Le chemin contourne une petite forêt de résineux et mène sur une large crête. Nous atteignons le Sommet du Lampet, 1804 m où trône un vieux pluviomètre. Nous descendons en suivant une trace bien visible, puis remontons à nouveau et ainsi de suite pour le Cap de Hont Nère, 1916 m, le Sommet de Pouyaué, 2062 m, le Sommet de l’Aigle, 2078 m, le Pic du Lion, 2102 m, où il y a quelques randonneurs, et enfin le Sommet de Pouy Louby, 2091 m. Il est midi, nous avons parcouru 9 km avec un dénivelé de +900 m, -380 m. Pause déjeuner au sommet, mini sieste. Le retour s’effectue presque par le même chemin en contournant les sommets à travers les pelouses quand c’est possible. 8 Km, +150 m, -670 m. Bilan de la sortie, météo parfaite, 17 Km parcourus avec un dénivelé cumulé de 1050 m. Arrêt à Arreau au retour pour un double rafraîchissement. Merci à Michèle et Jean-Claude.

Jacky

Pour info, actuellement il est difficile de figer à l’avance les sorties en raison de la météo. Ne vous fiez pas au calendrier et consultez le blog en fin de semaine.

Lundi 22 juillet 2019 - Lacs, refuge et pic de Bastan

23 Juillet 2019 , Rédigé par Jacky Publié dans #saison 2019

Lundi 22 juillet 2019 - Lacs, refuge et pic de Bastan
Lundi 22 juillet 2019 - Lacs, refuge et pic de Bastan

 

 

A proximité de la réserve du Néouvielle, où nous étions lundi dernier, ce parcours facile jusqu'au refuge du Bastan nous permet de traverser de vastes estives et longer un chapelet de lacs d'altitude. C'est le domaine d'animaux rares comme le Desman (petit mammifère, difficile à observer) ou l'Euprocte, (salamandre). Exceptionnels aussi par leur présence à cette altitude, on trouve ici les crapauds accoucheurs les plus hauts perchés et les pins à crochets les plus élevés d'Europe (2600 m).

8h00, départ du parking du col de Portet, 2100 m. Le sentier, très facile, jusqu'au refuge, a été aménagé pour permettre le passage des joëlettes (fauteuil tout terrain mono roue qui permet la pratique de la randonnée aux personnes à mobilité réduite). Nous passons au milieu de la station puis nous surplombons le lac de l'Oule. Nous arrivons au lac Inférieur 2141 m, au lac du Milieu 2215 m, puis arrivée à 9h50 au refuge de Bastan, 2240 m. La montée devient plus difficile pour atteindre le col de Bastanet, 2507 m. Sur notre gauche, bien visible, le sentier menant au pic de Bastan, 2715 m. Une première partie est en lacets courts sur un mélange de graviers et rochers. Le reste de la montée est beaucoup plus technique avec des passages un peu aériens où il faut parfois s'aider des mains. Nous arrivons au sommet à 11h50. Une dizaine de randonneurs (certains de Sarrancolin) occupent le sommet. Le paysage à 360° est superbe. Pas de nuages pour gâcher la vue. Nous restons une demi heure avant de regagner prudemment le col pour la pause casse-croûte. 13h30, début de la descente pour le groupe. Jean-Claude et moi décidons d'escalader une partie du pic voisin, Le Portarras, 2697 m. Finalement nous arrêterons à une trentaine de mètres du sommet. Retour au col où Patrick et Francis nous attendaient et nous entamons une descente au sprint pour rattraper les copains, un peu avant le refuge où un rafraîchissement a été le bienvenu. 15h30, il nous reste encore 1h30 à parcourir pour arriver au Portet. Nous avons croisé beaucoup de monde avec un bon pourcentage de jeunes. Bilan de la sortie : 15,5 Km, dénivelé 620 m pour le col de Bastanet, 17,3 Km, dénivelé 830 m pour le pic Bastan, 18,4 Km, dénivelé 980 m pour les pics Bastan & Portarras. Journée très chaude mais dans l'ensemble supportable sauf dans les passages sans vent.

Jacky

15 juillet 2019 - pic De Néouvielle

16 Juillet 2019 , Rédigé par Jacky Publié dans #saison 2019

15 juillet 2019 - pic De Néouvielle

Plusieurs fois programmé et non réalisé pour différentes raisons, nous voici dans le très beau parc du Néouvielle pour gravir le seigneur du lieu. 8h15, départ du parking d'Aubert, 2160 m. Nous traversons la digue du lac d'Aubert, qui manque un peu d'eau. 8h45, début du parcours avec un mélange de pelouse et de granit. Le sentier est parfaitement visible. 9h00, nous avons déjà une belle vision sur les Laquettes, les lacs d'Aubert et d'Aumar. 10h00, un premier névé ne nécessite pas l'usage des crampons. A nouveau des blocs granitiques beaucoup plus imposants. 10h40, nous sommes au niveau de l'ancien glacier et un très imposant névé nous oblige à chausser les crampons. 11h50, fin de la neige et progression difficile au milieu d'énormes blocs. La multitude de cairns dans toutes les direction nous fait progresser assez lentement. 2 ou trois passages nécessitent l'aide des mains mais ne sont pas dangereux. 12h45, nous sommes au pied de la cheminée sommitale qui demande beaucoup de prudence. 13h00, arrivée au sommet, très étroit et occupé par les immanquables, pardonnez l'expression, GRANDES GUEULES, que l'on trouve en période estivale. Nous prenons quand même le temps d'admirer le magnifique paysage en enjambant ces énergumènes, avachis au milieu des passages pour avaler leurs salades, les sacs disposés un peu partout, et les commentaires vaseux que l'on peut entendre à plusieurs centaines de mètres. Nous décidons de redescendre jusqu'au névé, pour retrouver le calme pour notre pause casse croûte. 14h00, retour par le même chemin. Super météo pour réaliser cette sortie. 1000 m de dénivelé, 12 Kms parcourus. Dégustation d'une bonne bière, sur le retour, merci Jacques.

Lundi prochain, sortie très facile aux lacs et refuge du Bastan.

Jacky

1 et 2 juillet 2019 - Le refuge des Estagnous et le Mont Valier

3 Juillet 2019 , Rédigé par Jacky Publié dans #saison 2019

1 et 2 juillet 2019 - Le refuge des Estagnous et le Mont Valier
1 et 2 juillet 2019 - Le refuge des Estagnous et le Mont Valier

8h15, départ de la SLV. Le temps est gris avec un léger crachin par intermittence. 9h15, nous arrivons au lieu-dit Le Pla De La Lau, 930 m. Il ne pleut plus mais nous sommes dans le brouillard. La visibilité est quand même bonne. Le chemin parfaitement balisé passe devant La Maison du Valier, longe le Ribérot, et traverse une importante forêt de hêtres. 11h30, sortie du bois, l’imposante cascade de Nérech, 1350 m, marque le début d’une longue ascension en lacets sur terrain rocheux et pelouse au milieu des rhododendrons. 13h30, la cabane des Caoussis, 1859 m, est la bienvenue pour la pause casse-croûte. 14h15, reprise de la montée en milieu très minéral, avec parfois des marches très hautes qui cassent les pattes. Sur notre droite, en contre-bas, le très beau Lac Rond, 1929 m. 16h00, après cette rude montée, nous atteignons le refuge des Estagnous, 2246 m. Petite pause avant d’aller nous présenter à Stéphane le gardien pour regagner le dortoir et préparer nos couchages. Douche (glacée, le monnayeur pour l’eau chaude est en panne). Double ration de rafraîchissements, balade autour du refuge dans un paysage splendide. La magnifique mer de nuages qui recouvre la plaine, une multitude de sommets, plus ou moins connus : Montcalm, mont Rouch, Besiberri, Maladeta, Barlonguère, Mauberné, au loin Néouvielle, pic du Midi. Sans oublier, Le Valier que nous gravirons demain. 19h30, repas pour les 21 randonneurs présents servi par le gardien aidé de 2 copains venus passer les 2 jours. Au menu, très copieux, soupe à l’oignon, Axoa de veau, fromage, gâteau au chocolat. Nous attendons le coucher de soleil sur la mer de nuages et tout le monde au lit. Nous sommes 10 dans le dortoir de 20 places. Concours de ronflements, tout le monde a participé, match nul.

Mardi matin, 7h00, le petit déjeuner est prêt, lui aussi très copieux. (café, lait, thé, chocolat, pain à volonté, biscottes, beurre, confitures, fromage, saucisson). Difficile de trouver mieux dans un refuge situé à cette altitude. 7h20 nous débutons l’ascension. Le sentier passe sous des falaises, traverse des éboulis et poursuit en lacets plutôt escarpés. Par endroits les câbles scellés dans les rochers rassurent pour la progression. 8h15, nous atteignons le col de Faustin 2652 m. A droite, le petit Valier, inaccessible en raison d’un important névé, à gauche, les lacets que nous allons emprunter pour parvenir à notre objectif, Le Mont Valier, 2838 m. 1h20, depuis le refuge pour les 600 m de dénivelé. Paysage somptueux, pas un nuage pour nous priver du panorama. Promenade sur la crête, photos souvenirs et retour au refuge pour récupérer nos sacs et redescendre dans la vallée. 14h30, nous essuyons un orage prévu à 18h00. Pas de problème, nous avons déjà fait le plein de magnifiques paysages. Nous avons cumulé 22 Kms avec un dénivelé de 2000 m pour ces deux jours. Direction Lannemezan, sans oublier un rafraîchissement bienvenu sur le retour.

Jacky.

1 2 3 > >>