Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

6 septembre 2017 - Le Mont Perdu (Espagne)

7 Septembre 2017 , Rédigé par Jacky Publié dans #Saison 2017

6 septembre 2017 - Le Mont Perdu (Espagne)

7h00, départ de Nérin, 1280 m, avec l’indispensable navette conduisant au sentier situé à 2180 m, sur la route des Miradors. 7h45, sitôt arrivés, nous arpentons rapidement les 200 m de dénivelés conduisant à un petit col surplombant le canyon d’Ordésa. Le chemin est en légère pente descendante sur une grande partie des 7 km conduisant au refuge de Goritz, 2190m. Il est 9h30. Petite pose ravitaillement et nous commençons la montée par une série de lacets, le passage d’une petite cheminée, sans grande difficulté, jusqu’à un grand cairn placé au début d’un petit replat. 10h50, nous arrivons à un passage plus délicat où il faut s’aider des mains. Vers midi, nous surplombons le petit lac glacé. Virage à droite et nous devons franchir prudemment un nouveau passage très délicat avant d’arriver au pied d’un monstrueux pierrier, ultime difficulté pour atteindre le sommet à 3355 m. Les personnes situées dans le milieu de la montée sont minuscules. Le pourcentage, 35% est impressionnant. On n’est pas venu jusqu’ici pour faire demi-tour et nous attaquons cette longue montée, sur la gauche, en longeant la paroi pour éviter au maximum de progresser dans les gravats. 13h15, c’est la victoire. Par malchance, un nuage vient nous priver du panorama à 360 °. Photo souvenir et nous descendons un peu pour le casse-croûte. Polaire et coupe-vent sont indispensables. La descente dans le pierrier est un vrai régal. Il y a beaucoup de monde autour du lac glacé. Nous arrivons au refuge, noir de monde, par le même sentier, à 17h15. Pose de 20 minutes et direction le point de départ du matin. Le retour nous semble long car il est en légère pente montante et la fatigue se fait sentir. 19h45, nous sommes arrivés. On aperçoit au loin la navette qui se dirige vers nous. 20h45, la bière est la bienvenue à notre arrivée au gîte. Jean-Claude avait prévu le champagne en guise d’apéritif. Repas, douche et dodo aussitôt après le repas.

A noter l’excellent accueil et repas du gîte L'Auberge d’Anisclo.

Journée mémorable, nous avons parcouru 23 km avec un dénivelé de 1600 m.

Jacky

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article